Eclats de vers : Matemat 03 : Nombres - 4

Index des Grimoires

Retour à l’accueil

Table des matières

\( \newcommand{\parentheses}[1]{\left(#1\right)} \newcommand{\crochets}[1]{\left[#1\right]} \newcommand{\accolades}[1]{\left\{#1\right\}} \newcommand{\ensemble}[1]{\left\{#1\right\}} \newcommand{\identite}{\mathrm{Id}} \newcommand{\indicatrice}{\boldsymbol{\delta}} \newcommand{\dirac}{\delta} \newcommand{\moinsun}{{-1}} \newcommand{\inverse}{\ddagger} \newcommand{\pinverse}{\dagger} \newcommand{\topologie}{\mathfrak{T}} \newcommand{\ferme}{\mathfrak{F}} \newcommand{\img}{\mathbf{i}} \newcommand{\binome}[2]{ \left\{ \begin{array}{c} #1 \\ #2 \\ \end{array} \right\} } \newcommand{\canonique}{\mathfrak{c}} \newcommand{\tenseuridentite}{\boldsymbol{\mathcal{I}}} \newcommand{\permutation}{\boldsymbol{\epsilon}} \newcommand{\matriceZero}{\mathfrak{0}} \newcommand{\matriceUn}{\mathfrak{1}} \newcommand{\christoffel}[2]{ \left\{ \begin{array}{c} #1 \\ #2 \\ \end{array} \right\} } \newcommand{\lagrangien}{\mathfrak{L}} \newcommand{\sousens}{\mathfrak{P}} \newcommand{\partition}{\mathrm{Partition}} \newcommand{\tribu}{\mathrm{Tribu}} \newcommand{\topologies}{\mathrm{Topo}} \newcommand{\setB}{\mathbb{B}} \newcommand{\setN}{\mathbb{N}} \newcommand{\setZ}{\mathbb{Z}} \newcommand{\setQ}{\mathbb{Q}} \newcommand{\setR}{\mathbb{R}} \newcommand{\setC}{\mathbb{C}} \newcommand{\corps}{\mathbb{K}} \newcommand{\boule}{\mathfrak{B}} \newcommand{\intervalleouvert}[2]{\relax \ ] #1 , #2 [ \ \relax} \newcommand{\intervallesemiouvertgauche}[2]{\relax \ ] #1 , #2 ]} \newcommand{\intervallesemiouvertdroite}[2]{[ #1 , #2 [ \ \relax} \newcommand{\fonction}{\mathbb{F}} \newcommand{\bijection}{\mathrm{Bij}} \newcommand{\polynome}{\mathrm{Poly}} \newcommand{\lineaire}{\mathrm{Lin}} \newcommand{\continue}{\mathrm{Cont}} \newcommand{\homeomorphisme}{\mathrm{Hom}} \newcommand{\etagee}{\mathrm{Etagee}} \newcommand{\lebesgue}{\mathrm{Leb}} \newcommand{\lipschitz}{\mathrm{Lip}} \newcommand{\suitek}{\mathrm{Suite}} \newcommand{\matrice}{\mathbb{M}} \newcommand{\krylov}{\mathrm{Krylov}} \newcommand{\tenseur}{\mathbb{T}} \newcommand{\essentiel}{\mathfrak{E}} \newcommand{\relation}{\mathrm{Rel}} \newcommand{\strictinferieur}{\ < \ } \newcommand{\strictsuperieur}{\ > \ } \newcommand{\ensinferieur}{\eqslantless} \newcommand{\enssuperieur}{\eqslantgtr} \newcommand{\esssuperieur}{\gtrsim} \newcommand{\essinferieur}{\lesssim} \newcommand{\essegal}{\eqsim} \newcommand{\union}{\ \cup \ } \newcommand{\intersection}{\ \cap \ } \newcommand{\opera}{\divideontimes} \newcommand{\autreaddition}{\boxplus} \newcommand{\autremultiplication}{\circledast} \newcommand{\commutateur}[2]{\left[ #1 , #2 \right]} \newcommand{\convolution}{\circledcirc} \newcommand{\correlation}{\ \natural \ } \newcommand{\diventiere}{\div} \newcommand{\modulo}{\bmod} \newcommand{\pgcd}{pgcd} \newcommand{\ppcm}{ppcm} \newcommand{\produitscalaire}[2]{\left\langle #1 \left|\right\relax #2 \right\rangle} \newcommand{\scalaire}[2]{\left\langle #1 \| #2 \right\rangle} \newcommand{\braket}[3]{\left\langle #1 \right| #2 \left| #3 \right\rangle} \newcommand{\orthogonal}{\bot} \newcommand{\forme}[2]{\left\langle #1 , #2 \right\rangle} \newcommand{\biforme}[3]{\left\langle #1 , #2 , #3 \right\rangle} \newcommand{\contraction}[3]{\left\langle #1 \odot #3 \right\rangle_{#2}} \newcommand{\dblecont}[5]{\left\langle #1 \right| #3 \left| #5 \right\rangle_{#2,#4}} \newcommand{\major}{major} \newcommand{\minor}{minor} \newcommand{\maxim}{maxim} \newcommand{\minim}{minim} \newcommand{\argument}{arg} \newcommand{\argmin}{arg\ min} \newcommand{\argmax}{arg\ max} \newcommand{\supessentiel}{ess\ sup} \newcommand{\infessentiel}{ess\ inf} \newcommand{\dual}{\star} \newcommand{\distance}{\mathfrak{dist}} \newcommand{\norme}[1]{\left\| #1 \right\|} \newcommand{\normetrois}[1]{\left|\left\| #1 \right\|\right|} \newcommand{\adh}{adh} \newcommand{\interieur}{int} \newcommand{\frontiere}{\partial} \newcommand{\image}{im} \newcommand{\domaine}{dom} \newcommand{\noyau}{ker} \newcommand{\support}{supp} \newcommand{\signe}{sign} \newcommand{\abs}[1]{\left| #1 \right|} \newcommand{\unsur}[1]{\frac{1}{#1}} \newcommand{\arrondisup}[1]{\lceil #1 \rceil} \newcommand{\arrondiinf}[1]{\lfloor #1 \rfloor} \newcommand{\conjugue}{conj} \newcommand{\conjaccent}[1]{\overline{#1}} \newcommand{\division}{division} \newcommand{\difference}{\boldsymbol{\Delta}} \newcommand{\differentielle}[2]{\mathfrak{D}^{#1}_{#2}} \newcommand{\OD}[2]{\frac{d #1}{d #2}} \newcommand{\OOD}[2]{\frac{d^2 #1}{d #2^2}} \newcommand{\NOD}[3]{\frac{d^{#3} #1}{d #2^{#3}}} \newcommand{\deriveepartielle}[2]{\frac{\partial #1}{\partial #2}} \newcommand{\dblederiveepartielle}[2]{\frac{\partial^2 #1}{\partial #2 \partial #2}} \newcommand{\dfdxdy}[3]{\frac{\partial^2 #1}{\partial #2 \partial #3}} \newcommand{\dfdxdx}[2]{\frac{\partial^2 #1}{\partial #2^2}} \newcommand{\gradient}{\mathbf{\nabla}} \newcommand{\combilin}[1]{\mathrm{span}\{ #1 \}} \newcommand{\trace}{tr} \newcommand{\proba}{\mathbb{P}} \newcommand{\probaof}[1]{\mathbb{P}\left[#1\right]} \newcommand{\esperof}[1]{\mathbb{E}\left[#1\right]} \newcommand{\cov}[2]{\mathrm{cov} \left( #1 , #2 \right) } \newcommand{\var}[1]{\mathrm{var} \left( #1 \right) } \newcommand{\rand}{\mathrm{rand}} \newcommand{\variation}[1]{\left\langle #1 \right\rangle} \newcommand{\composante}{comp} \newcommand{\bloc}{bloc} \newcommand{\ligne}{ligne} \newcommand{\colonne}{colonne} \newcommand{\diagonale}{diag} \newcommand{\matelementaire}{\mathrm{Elem}} \newcommand{\matpermutation}{permut} \newcommand{\matunitaire}{\mathrm{Unitaire}} \newcommand{\gaussjordan}{\mathrm{GaussJordan}} \newcommand{\householder}{\mathrm{Householder}} \newcommand{\rang}{rang} \newcommand{\schur}{\mathrm{Schur}} \newcommand{\singuliere}{\mathrm{DVS}} \newcommand{\convexe}{\mathrm{Convexe}} \newcommand{\petito}[1]{o\left(#1\right)} \newcommand{\grando}[1]{O\left(#1\right)} \)

1 Booléens

1.1 Dépendances

  • Chapitre \ref{chap:operations} : Les opérations
  • Chapitre \ref{chap:algebre} : L'algèbre

1.2 Définition

L'ensemble de Boole se définit par :

\[\setB = \{ 0 , 1 \}\]

On associe souvent à \(0\) le sens de « faux » et à \(1\) le sens de « vrai ».

1.3 La loi « et »

Soit \(C_1, C_2 \in \setB\). La condition « \(C_1\) et \(C_2\) » n'est vraie (\(=1\)) que si \(C_1 = 1\) et \(C_2 = 1\). On définit donc l'opération « ET », notée \(\cdot : \setB \times \setB \mapsto \setB\), par :

\( 1 \cdot 1 = 1 \\ 1 \cdot 0 = 0 \\ 0 \cdot 1 = 0 \\ 0 \cdot 0 = 0 \)

1.4 La loi « ou »

Soit \(C_1, C_2 \in \setB\). La condition « \(C_1\) ou \(C_2\) » est vraie (\(=1\)) dès qu'au moins un des deux \(C_i = 1\). On définit donc l'opération « OU », notée \(\oplus : \setB \times \setB \mapsto \setB\), par :

\( 1 \oplus 1 = 1 \\ 1 \oplus 0 = 1 \\ 0 \oplus 1 = 1 \\ 0 \oplus 0 = 0 \)

1.5 Le contraire

Le contraire de vrai est simplement faux et inversément. On définit donc le contraire de \(C \in \setB\) noté \(\neg C\), par :

\( \neg 1 = 0 \\ \neg 0 = 1 \)

2 Fonctions et opérations

\label{chap:fonctionsEtOperations}

2.1 Dépendances

  • Chapitre \ref{chap:algebre} : L'algèbre
  • Chapitre \ref{chap:naturels} : Les naturels
  • Chapitre \ref{chap:entiers} : Les entiers
  • Chapitre \ref{chap:rationnels} : Les rationnels

2.2 Opérations induites

Soit les fonctions \(f,g \in B^A\) et \(\divideontimes\) une opération sur \(A\). On définit alors la fonction \(f \divideontimes g\) par :

\[(f \divideontimes g)(x) = f(x) \divideontimes g(x)\]

pour tout \(x \in A\). Nous avons ainsi défini une opération sur \(B^A\) :

\[\divideontimes : B^A \times B^A \mapsto B^A\]

induite par la loi équivalente sur \(B\).

2.2.1 Usuelles

Sur les anneaux et les corps, ou sur tout ensemble où sont définies les opérations usuelles \(+,-,\cdot,/\), on aura ainsi :

  • les sommes : \((f + g)(x) = f(x) + g(x)\)
  • les produits : \((f \cdot g)(x) = f(x) \cdot g(x)\)
  • les soustractions : \((f - g)(x) = f(x) - g(x)\)
  • les divisions : \((f / g)(x) = f(x) / g(x)\)

pour tout \(x \in A\).

2.3 Opposé et inverse

Soit la fonction \(f \in B^A\). Si l'inverse pour l'addition \(-f(x)\) existe pour tout \(x \in A\), on définit la fonction opposée \(-f\) par :

\[(-f)(x) = -f(x)\]

pour tout \(x \in A\). On a alors :

\[f - f = 0\]

Si l'inverse pour la multiplication \(1/f(x)\) existe pour tout \(x \in A\), on définit la fonction \(1/f\) par :

\[(1/f)(x) = 1/f(x)\]

pour tout \(x \in A\). On a alors :

\[f \cdot 1/f = 1\]

2.4 Opérations mixte

Soit la fonction \(f \in B^A\) et \(c \in B\). Étant donnée une opération \(\divideontimes\) définie sur \(B\), on définit les opérations mixtes \(f \divideontimes c\) et \(c \divideontimes f\) par :

\( (f \divideontimes c)(x) = f(x) \divideontimes c \\ (c \divideontimes f)(x) = c \divideontimes f \)

pour tout \(x \in A\). Dans le cas où l'opération \(\divideontimes\) définie sur \(B\) est commutative, on a bien entendu \(f \divideontimes c = c \divideontimes f\).

Sur les ensembles où sont définies les lois usuelles \(+,-,\cdot,/\), on aura ainsi :

  • les sommes :

\( (f + c)(x) = f(x) + c \\ (c + f)(x) = c + f(x) \)

  • les produits :

\( (f \cdot c)(x) = f(x) \cdot c \\ (c \cdot f)(x) = c \cdot f(x) \)

  • les soustractions :

\( (f - c)(x) = f(x) - c \\ (c - f)(x) = c - f(x) \)

  • les divisions :

\( (f / c)(x) = f(x) / c \\ (c / f)(x) = c / f(x) \)

pour tout \(x \in A\).

2.5 Commutateur

Notons qu'en général la composée n'est pas commutative. On peut en effet trouver des fonctions \(f,g : A \mapsto A\) telles que \(f \circ g \ne g \circ f\).

Cette constatation nous amène à la notion de commutateur. Il s'agit d'une fonction \([f,g] : A \mapsto A\) définie par :

\[[f,g] = f \circ g - g \circ f\]

Cet opérateur est clairement antisymétrique :

\[[f,g] = - [g,f]\]

Dans le cas particulier où \([f,g] = 0\), on dit que les fonctions \(f\) et \(g\) commutent.

2.6 Puissance fonctionnelle et puissance

Attention à ne pas confondre exposant de la fonction et exposant de la valeur de la fonction en un point :

\[f(x)^n = f(x) \cdot f(x)^{n - 1} \ne f^n(x) = (f \circ f^{n - 1})(x)\]

2.7 Noyau

Le noyau d'une fonction \(f : A \mapsto B\) est l'ensemble des \(x \in A\) où les valeurs de \(f\) sont égales au neutre pour l'addition :

\[\noyau f = \{ x \in A : f(x) = 0 \}\]

2.8 Support d'une fonction

Le support d'une fonction \(f : A \mapsto \Omega\) est l'adhérence de l'ensemble des points où \(f\) prend une valeur non nulle :

\[\support f = \adh \{ x \in A : f(x) \ne 0 \}\]

2.8.1 Remarque

Attention à ne pas confondre le suprémum d'un ensemble, noté « \(\sup\) » avec un seul « p », avec le support, noté « \(\support\) », qui prend deux « p ».

3 Fonctions indicatrices

\label{chap:fonctionsIndicatrices}

3.1 Dépendances

  • Chapitre \ref{chap:algebre} : Les structures algébriques
  • Chapitre \ref{chap:ordres} : Les ordres
  • Chapitre \ref{chap:naturels} : Les naturels
  • Chapitre \ref{chap:entiers} : Les entiers
  • Chapitre \ref{chap:rationnels} : Les rationnels

3.2 Définition

Soit un ensemble de référence \(\Omega\) et \(A \subseteq \Omega\). La fonction indicatrice

\[\indicatrice_A : \Omega \mapsto \{ 0 , 1 \}\]

associée à l'ensemble \(A\) permet de déterminer si un élément quelconque de \(\Omega\) appartient où non à \(A\). Elle est définie par :

\[\indicatrice_A(x) = \begin{cases} 1 & \text{si } \ x \in A \\ 0 & \text{si } \ x \in \Omega \setminus A \end{cases}\]

3.2.1 Crochets

On note aussi :

\[\indicatrice[A] = \indicatrice_A\]

et :

\[\indicatrice[A](x) = \indicatrice_A(x)\]

3.3 Ensemble vide

Notons en particulier que :

\[\indicatrice[\emptyset] = 0\]

3.4 Ordre

Soit \(A,B \subseteq \Omega\) avec \(A \subseteq B\). On voit que :

  • pour tout \(x \in A\), on a aussi \(x \in B\) et \(\indicatrice_A(x) = \indicatrice_B(x) = 1\)
  • pour tout \(x \in \Omega \setminus A\), on a \(\indicatrice_A(x) = 0 \le \indicatrice_B(x)\)

On en conclut que :

\[\indicatrice_A(x) \le \indicatrice_B(x)\]

pour tout \(x \in \Omega\), c'est-à-dire :

\[\indicatrice_A \le \indicatrice_B\]

L'ordre des fonctions indicatrices correspond à l'ordre inclusif des ensembles.

3.5 Intersection

Soit \(A, B \subseteq \Omega\). On voit que :

  • si \(x \in A \cap B\), on a \(\indicatrice_A(x) \cdot \indicatrice_B(x) = 1 \cdot 1 = 1 = \indicatrice[A \cap B](x)\)
  • si \(x \in A \cap (\Omega \setminus B)\), on a \(\indicatrice_A(x) \cdot \indicatrice_B(x) = 1 \cdot 0 = 0 = \indicatrice[A \cap B](x)\)
  • si \(x \in (\Omega \setminus A) \cap B\), on a \(\indicatrice_A(x) \cdot \indicatrice_B(x) = 0 \cdot 1 = 0 = \indicatrice[A \cap B](x)\)
  • si \(x \in \Omega \setminus (A \cup B)\), on a \(\indicatrice_A(x) \cdot \indicatrice_B(x) = 0 \cdot 0 = 0 = \indicatrice[A \cap B](x)\)

Donc :

\[\indicatrice[A \cap B] = \indicatrice_A \cdot \indicatrice_B\]

3.6 Union d'ensembles disjoints

Si \(A \cap B = \emptyset\), on a clairement :

\[\indicatrice[A \cup B] = \indicatrice_A + \indicatrice_B\]

3.7 Différence

Soit les ensembles \(A\) et \(B\). On a la décomposition :

\[A = (A \setminus B) \cup (A \cap B)\]

On sait que les deux sous-ensembles sont disjoints :

\[(A \setminus B) \cap (A \cap B) = \emptyset\]

On a donc :

\[\indicatrice_A = \indicatrice[A \setminus B] + \indicatrice[A \cap B]\]

On en conclut que :

\begin{align} \indicatrice[A \setminus B] &= \indicatrice_A - \indicatrice[A \cap B] \\ &= \indicatrice_A - \indicatrice_A \cdot \indicatrice_B \end{align}

3.8 Union d'ensembles quelconques

Soit les ensembles \(A\) et \(B\). On a la décomposition :

\[A \cup B = (A \setminus B) \cup B\]

On voit que les deux sous-ensembles sont disjoints :

\[(A \setminus B) \cap B = \emptyset\]

On en conclut que :

\[\indicatrice[A \cup B] = \indicatrice[A \setminus B] + \indicatrice_B\]

Reprenant l'expression de la différence, on a finalement :

\begin{align} \indicatrice[A \cup B] &= \indicatrice_A + \indicatrice_B - \indicatrice[A \cap B] \\ &= \indicatrice_A + \indicatrice_B - \indicatrice_A \cdot \indicatrice_B \end{align}

3.9 Produit cartésien

Pour tout \((x,y) \in A \times B\), on a :

\[\indicatrice[A \times B](x,y) = \indicatrice_A(x) \cdot \indicatrice_B(y)\]

3.10 Delta de Kronecker

Considérons l'ensemble \(I \subset \Omega^2\) défini par :

\[I = \{ (i,j) \in \Omega^2 : i = j \}\]

Le delta de Kronecker est simplement :

\[\indicatrice_{ij} = \indicatrice_I(i,j)\]

On a donc :

\( \indicatriceij =

\begin{cases} 1 & \text{si } i = j \\ 0 & \text{si } i \neq j \end{cases}

\)

3.10.1 Notation

On note aussi :

\[\indicatrice^{ij} = \indicatrice_i^j = \indicatrice_{ij}\]

4 Parité

\label{chap:parite}

4.1 Définition

On dit qu'une fonction \(\sigma : \corps \mapsto \corps\) est paire si :

\[\sigma(-x) = \sigma(x)\]

pour tout réel \(x\). Inversément, on dit qu'une fonction \(\alpha : \corps \mapsto \corps\) est impaire si :

\[\alpha(-x) = - \alpha(x)\]

pour tout réel \(x\).

4.2 Décomposition

Soit une fonction \(\varphi : \corps \mapsto \corps\). La fonction \(\sigma\) définie par :

\[\sigma(x) = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(x) + \varphi(-x)\Big]\]

pour tout réel \(x\) vérifie :

\[\sigma(-x) = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(-x) + \varphi(x)\Big] = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(x) + \varphi(-x)\Big] = \sigma(x)\]

Cette fonction est donc paire. La fonction \(\alpha\) définie par :

\[\alpha(x) = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(x) - \varphi(-x)\Big]\]

pour tout réel \(x\) vérifie :

\[\alpha(-x) = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(-x) - \varphi(x)\Big] = - \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(x) - \varphi(-x)\Big] = - \alpha(x)\]

Cette fonction est donc impaire. On voit que :

\[\sigma(x) + \alpha(x) = \frac{1}{2} \ \Big[\varphi(x) + \varphi(-x) + \varphi(x) - \varphi(-x)\Big] = \frac{2}{2} \ \varphi(x) = \varphi(x)\]

On a donc la décomposition :

\[\varphi = \sigma + \alpha\]

où \(\sigma\) est paire et \(\alpha\) impaire. On dit que \(\sigma\) est la composante paire de \(\varphi\) et que \(\alpha\) est la composante impaire de $ϕ$·

Auteur: chimay

Created: 2019-10-01 mar 12:34

Validate